On ne présente plus le kitesurf, discipline inventée par des Français (cocorico !) dans les années 80, et qui consiste à glisser sur l’eau sur une planche de surf tracté par un cerf-volant (couramment appelé « aile »). Si vous vous intéressez quelque peu aux sports de glisse, vous n’avez pas pu passer à côté, mais vous hésitez peut-être encore à vous lancer à cause des dangers liés au vent et à la mer. Voici donc les principales étapes pour débuter le kite en douceur. Pour évoluer en toute sécurité, nous vous conseillons fortement de vous inscrire dans une école de kitesurf (par exemple en cliquant ici) où des professionnels expérimentés vous accompagneront (comptez environ 5 jours de stage à raison de 3 heures par jour pour commencer à naviguer seul).

La sécurité et le matériel

Tout d’abord, il vous faut apprendre à bien connaître le matériel constitué de la planche, de la voile, du harnais, des lignes et de la barre. En particulier, vous devez savoir préparer votre équipement et procéder à son montage. Et bien sûr, vous devez connaître les mécanismes de sécurité qui permettent de se détacher de l’aile en cas de problème. Ensuite, il vous faut connaître le principe de la fenêtre de vol (zénith, bords de fenêtres) afin de savoir sous quel angle vous devez déplacer l’aile selon la situation. Vous devez également vous informer sur les conditions météo de votre lieu d’apprentissage (souvent un plan d’eau pour surfer sans trop de vagues), en particulier sur le vent.

Le contrôle de l’aile de kitesurf

Vous apprendrez d’abord à contrôler l’aile sur terre dans ce qui s’apparente à un cours de cerf-volant. Le gonflage de l’aile (ou décollage) est en effet une étape importante pour qui veut (re)démarrer son kitesurf. Vous mettrez donc en pratique la théorie de la fenêtre de vol pour diriger votre aile où bon vous semble. Puis, une fois la technique maîtrisée sur la plage, vous irez dans l’eau avec votre voile pour faire de la nage tractée (sans la planche). Pour vous entraîner dans des conditions optimales, il existe des ailes de traction spéciales appelées « trainer kite ». De petite taille (environ 3 m2), elles n’ont pas de boudins gonflables et disposent en général de 2 lignes seulement pour plus de facilité de contrôle.

La maîtrise du waterstart

Le waterstart est tout simplement le fait de démarrer son kitesurf dans l’eau, ce qui va vous être très utile, surtout au début où vous ne manquerez pas de tomber de nombreuses fois. Il s’agit de bien régler les footstraps au préalable et de stabiliser son aile pour monter sur sa planche et s’accrocher comme il faut. Ensuite, vous orientez l’aile dans le vent pour vous lever et glisser sur l’eau. Auparavant, mieux vaut avoir pris des repères pour partir dans la direction où vous souhaitez. Surtout, il ne faut pas oublier que la traction est dans le harnais, et qu’il ne faut pas s’accrocher trop fort à la barre.

Glisser dans le vent

Enfin, vous apprenez à vous positionner sur la planche pour être le plus stable et le plus à l’aise possible lors de la glisse. A force de pratique, vous devriez trouver votre équilibre et tirer des bords de plus en plus longs, déterminer votre cap, et remonter au vent. A ce stade-là, vus devriez être capable de vous débrouiller tout seul et de profiter au maximum. Les sauts et les figures viendront plus tard avec l’expérience. Si vos voulez en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le site de la FFVL (Fédération Française de Vol Libre).