Kayak est un terme qui désigne à la fois une discipline sportive et de loisirs et une embarcation. Mais en y regardant de plus près, on remarque qu’il existe en réalité de nombreuses façons de pratiquer le kayak et autant de bateaux différents. Toutes celles-ci sont représentées au sein de la FFCK, la Fédération Française de Kayak. Au cœur de la saison estivale, nous vous proposons cet article qui vous apprendra à distinguer les différentes pratiques qui se cachent derrière le mot « kayak ».

Le kayak de mer ou touring

C’est une des principales disciplines dans l’univers du kayak. Très pratiquée dans un mode de loisir, elle concerne toutes les randonnées en mer. Elle se pratique à l’aide d’un bateau effilé, qui atteint généralement les 5m de long. Sa capacité d’emport est importante grâce à ses caissons avant à l’arrière et à l’avant pour les versions pontées ou les bidons pour les sit-on-top. Certains de ces bateaux sont homologués, leur permettant de s’éloigner à plus de 6 miles nautiques de côtes. La pagaie kayak est généralement relativement longue en mer pour offrir une meilleure puissance, la pratique consistante à plutôt parcourir de longue distance en randonnée, en bivouac ou lors de sortie pêche.

En rivière : le kayak de slalom

Cette discipline est une des plus médiatisée, notamment grâce aux Jeux Olympiques. Les bateaux utilisés sont beaucoup plus courts qu’en mer et sont généralement pensés pour mieux résister aux chocs. Les meilleurs pratiquants pourront partir sur des kayaks en carbone. Le principe est de descendre une rivière en eau vive en passant par des portes composées de deux tiges qui pendent. Certaines sont traversées dans le sens du courant, d’autres en le remontant. Le kayakiste de rivière doit être équipé d’un casque car les chocs et accidents sont possibles en raison de la présence de rochers dans l’eau pour former des veines de courant.

Le wave-ski, le kayak dans les vagues

Le wave-ski est moins connu dans les contrées européennes mais reste porté par la FFCK française. Il s’agit en quelques sorte d’une forme de fusion entre un kayak déponté et d’une planche de surf. Le sportif y est sanglé à la taille et aux pieds. Il est également équipé d’une pagaie. Vous l’aurez compris, le wave-ski se pratique en bord de plage, dans les zones de vagues. Là où il y a des surfeurs, on peut naviguer en wave-ski. La pratique est ensuite similaire : on remonte la barre avant de se laisser redescendre en surf sur les vagues. L’utilisation d’une pagaie permet de remonter plus simplement les déferlantes.

Le kayak de freestyle ou « rodéo »

En kayak, le freestyle s’apparente d’assez prêt au slalom mais les bateaux utilisés dans cette discipline sont beaucoup plus courts et plus plats aux extrémités. La pratique est également bien différente. On navigue dans des spots d’eau vive similaires à ceux du slalom, avec une prédilection pour les vagues statiques et l’objectif est d’y réaliser des figures : chandelles, loops…

Les disciplines de vitesse

Enfin, nous concluons ce tour d’horizon des différentes disciplines en kayak par un focus sur les activités de vitesse qui consiste tout simplement à faire la course face à des adversaire. Il existe la course en ligne, sur eau calme assez proche de l’aviron avec des kayaks très effilés.

Le kayak de descente qui se pratique en eau vive et qui consiste à dévaler au plus vite le cours d’eau et enfin le mérathon, une course d’endurance en mer.