Le vélo électrique n’est plus une rareté. Des centaines de milliers de Français en possèdent désormais et les fabricants proposent un choix bien plus large que le classique VTC des débuts.

Vélo de course, VTT ou Fatbike, les passionnés trouvent dans le vélo électrique un accessoire aussi utile pour se rendre au travail que pour faire du sport. Dans ces deux optiques, un critère compte : la rapidité.

Découvrons comment choisir un vélo électrique rapide et puissant pour se déplacer plus vite.

Le moteur embarqué

Quand vous comparez les différents électriques, comme ceux de la marque velobecane, regardez toujours la puissance du moteur. Entre un moteur d’entrée de gamme de 150 W et un modèle plus performant de 300 W, vous imaginez bien que la vitesse et la puissance ne seront pas les mêmes.

Sur les fiches des produits, les fabricants indiquent toujours une vitesse maximale. La plupart du temps, elle est de 25 km/h pour respecter la loi. Néanmoins, un moteur plus puissant vous fera atteindre plus rapidement cette vitesse de croisière lors d’un redémarrage ou éprouvera moins de difficultés à la conserver durant une montée.

L’autonomie de la batterie

Posséder un vélo à assistance électrique rapide est excellent, mais si c’est pour aller vite pendant dix minutes avant de voir la batterie déjà à plat, cela ne servira pas à grand-chose.

L’autonomie d’un vélo électrique est l’un des critères les plus importants à vérifier avant de faire votre achat.

Les fabricants précisent souvent la batterie utilisée. Par exemple, cela peut être une « batterie au Lithium-ION 10Ah/15Ah ». Si vous avez arrêté la technologie et la mécanique au collège, il y a de fortes chances pour que cette information ne provoque qu’un haussement de sourcil interrogatif.

Faites dans la simplicité en regardant plutôt l’autonomie annoncée par le fabricant. Elle est exprimée soit en durée (ex : 3 heures) soit en kilométrage (ex : 80 kilomètres).

Le poids du vélo

Tout cycliste averti sait que le poids du vélo a une importance considérable sur la vitesse à laquelle il peut aller. Les professionnels s’orientent vers des cadres en carbone, souvent plus difficile à manier et à réparer, mais d’une légèreté remarquable. De tels cadres existent sur des vélos de courses électriques.

L’ergonomique et l’emplacement des commandes

Sur un vélo électrique, vous paramétrez manuellement les vitesses et le niveau de recours à l’assistance électrique. Si les commandes sont disponibles via un boitier peu ergonomique et mal placé, vous aurez du mal à vous en servir efficacement.

S’il vous faut à chaque fois trente secondes pour décider de la vitesse, il est certain que vous perdrez du temps sur vos trajets !

Vous faites aussi avancer le vélo !

Il n’y a pas que la batterie, le moteur et le poids du vélo qui déterminent si un vélo est puissant ou non. Comme son nom l’indique, un tel vélo vous assiste. Il ne remplace pas à 100% vos jambes.

Si vous êtes un cycliste régulier avec une bonne endurance ou si vous en faites souvent, vous vous améliorerez et irez plus vite.

De plus, vous devez aussi choisir votre vélo comme un modèle plus classique. Les roues, le pédalier ou la chaîne ont des répercussions sur la puissance et la vitesse globale.